Les Autres

Ce nom énigmatique nous le traînons depuis notre première année de BTS Communication. Il ne vient pas de nous, on nous a baptisés. Mais ce n’était pas pour nous déplaire, il est apparu comme une évidence à nos yeux. C’est donc à cette époque que nous sommes devenus Les Autres…

Articles populaires

Une sirène en basket

Je donnerais tout ce que j’ai pour partir d’ici, pour caresser les grains doré du sable chaud… femme humaine femme sirène, j’ai fait mon choix.

img_5041

Je vous bassine avec ça depuis des mois. J’ai quitté mes Autres pour vivre plus loin, plus près de l’océan. Cette année 2016 a été fantastiquement mortelle. Le pire et le meilleur réunit. J’ai l’impression d’avoir été prise dans l’effet machine à laver d’une vague, ça tourne ça tourne et d’un coup d’un seul j’ai été extirpée de l’eau salée et j’ai repris mon inspiration après une apnée qui a durée une éternité. Comme cette phrase. Pendant 6 mois j’ai travaillé sans cesse, sans grasse matinée, sans week-end, sur mes projets professionnels, sur le blog et sur mes projets personnels. Tout a été remis en question : ma vie, mon boulot et mes projets. J’ai tout détruit à coup de massue avec un plaisir infini pour ensuite pleurer sur des gravats et avoir la flemme de tout reconstruire.

Pour reconstruire il faut savoir ce que l’on ne veut pas, histoire de découvrir ce que l’on veut vraiment. #philosopheauchomage

Pour mes projets professionnels, j’ai lancé La fabrique à Madame. Depuis une année, je m’attaque à l’organisation de mariage mais pas que. Ce projet m’a fait découvrir que j’adore l’événementiel mais que je préfère la direction artistique. Je ne parle pas d’être assistante projo sur des shootings mode mais plutôt de réfléchir à l’axe créatif d’une marque en rebondissant sur les tendances et en faire découler des projets stratégiques.

– J’ai appris que travailler dans mon nid et porter le poids de projets sur mes épaules me plait. Plus que d’attendre la paie sagement chaque début de mois.
– J’ai appris que je voulais développer un projet « palpable » : qui se touche, se voit et se sent. De la matière brut à dompter. Comme les fleurs qui déclenchent chez moi un apaisement que j’ai rarement ressenti.
– J’ai appris que je voulais travailler pour rendre les gens satisfaits, beaux et heureux.
– J’ai appris que je voulais vraiment travailler en collaboration. Les Autres et autres me stimulent. Les rencontres et les bavardages développent toujours de nouveaux projets.

img_5088

Pour ce qui est de cette décision de partir vivre au Pays Basque, je ne pense pas pouvoir regretter. Je gagne en maturité chaque jours et surtout mon lifestyle évolue dans un sens que j’aime. Je vis plus lentement. Pas comme un escargot. Je ne suis pas molle. Je goute chaque moment avec plaisir pour en mesurer la saveur. Loin de la spirale infernale parisienne. Je cuisine, je fais du sport (un peu), je me ballade, m’occupe de mon chien et j’ai même le temps de mettre de la crème après la douche. Quand je pense qu’il y a quelques mois je devais choisir entre me laver les cheveux ou dormir – non je ne blague pas – oui j’ai choisi de me laver les cheveux. Pour tout vous dire on a eu une chance folle et on a trouvé une maison qui nous va comme un gant à Bidart, entre Saint-Jean-de-Luz et Biarritz. On s’était donné 3 semaines pour trouver un nid. Au bout du 3ème jour on avait signé. Inespéré. Merci M. Destin ou Hasard, j’en attendais pas plus.

img_5568

Et le blog dans tout ça ? Avec Kevin on aime toujours autant vous préparer des petits shootings et des nouveaux articles. On est pas éloigné l’un de l’autre, on couvre une surface plus grande. J’ai hâte qu’il vienne au Pays Basque, et que l’on prévoit tout plein de projets à réaliser ici. Moi j’ai envie de plus de mode et plus de sport pour cette nouvelle année avec vous. D’ailleurs, bientôt sur le blog il y aura un encart « WISHLIST » pour que l’on puisse partager avec vous nos targets mode quotidienne. Et pour le sport, j’espère pouvoir m’inscrire l’an prochain au Roller Derby – elles recrutaient pas cette année – mais je vous parlerai de ce sport bientôt sur le blog. Sinon, je pense tester le Beach Volley, le sport d’équipe ça me correspond bien. J’en peux plus des programmes de sport maison sans fun comme le BBG dont je vous avais parlé ici. En ce moment, je cherche un cours de danse classique mais sans gala et avec beaucoup de technique, si jamais des Bidartars trainent par ici, je prends vos adresses.

J’en ai fini de vous raconter ma vie de sirène de rue, je m’en vais chercher des coquillages et manger des xipirons même si je toussote encore de l’eau salée quelque fois. La vie c’est retourner se baigner, se prendre de la mousse dans la face, puis s’en fiche. À force on aura assez d’entrainement pour la surfer cette foutue vague.

La bise salée,

Ade.

img_5101

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *