Les Autres

Ce nom énigmatique nous le traînons depuis notre première année de BTS Communication. Il ne vient pas de nous, on nous a baptisés. Mais ce n’était pas pour nous déplaire, il est apparu comme une évidence à nos yeux. C’est donc à cette époque que nous sommes devenus Les Autres…

Articles populaires

L’Australie, l’eldorado des Backpackers.

Tes galères deviendront tes meilleurs souvenirs !

On connaît tous quelqu’un qui connaît quelqu’un qui s’est décidé un beau matin de quitter sa ville natale afin de s’envoler pour l’Australie et de migrer sur le territoire des aborigènes.

Pourquoi tout le monde part en Australie ? Parce que l’Australie est l’un des territoires les plus grands au monde : environ 11 fois la France mais avec 40 millions d’habitants en moins. Imaginez des centaines de kilomètres de routes désertes, des paysages incroyables, du soleil, une faune impressionnante, des plages paradisiaques, des Backpackers à tous les coins de rues et des locaux « So friendly ».

Partir en Australie c’est assez simple, le pays permet de bénéficier d’un Working Holidays visa (WHV) à partir du moment où tu es Français, que tu as un passeport en cours de validité et surtout que tu as moins de 30 ans. Le point positif du WHV c’est que tu peux travailler sur le territoire durant ton année en cours tout en profitant de la vie australienne.

Les conditions du visa sont en train de changer : le pays fait face à beaucoup de demandes et bon nombre de Backpackers (spécifiquement les Français) détériorent les villes et ne respectent pas les lois. Bonjour le civisme et merci pour l’image des Français ! Ils deviennent donc de plus en plus stricts quant à l’attribution du WHV.

Donc toi, compatriote Français qui souhaite partir au pays des kangourous, merci de bien vouloir redorer notre image aux yeux de nos amis Australien(ne)s ! #Fayottageactivé

Par contre, fais le tri entre toutes les choses que tu entends. Oui l’Australie c’est génial et généralement tout se passe très bien, MAIS :

Tu ne trouveras pas un travail en un claquement de doigt.
T’es bien payé mais l’argent ne tombe pas du ciel.
La vie en ville et en particulier sur Sydney et Melbourne est chère.
Il te faut un minimum de niveau en anglais pour pouvoir trouver un job.
Il ne fait pas chaud tout le temps et parfois il pleut et même vraiment beaucoup.
Il te faut un minimum de 2000€ pour pouvoir vivre et te loger au moins le premier mois.
Le pays est strict et tu devras traverser quand le petit bonhomme sera vert.
Le fruit picking (cueillette de fruits) c’est une bonne partie de rigolade #IRONIE

 

15 Petits conseils pour passer une année inoubliable.

 

1 – Le choix de tes compagnons de voyages.

Quand tu pars pour un voyage comme celui-ci, le choix de tes partenaires est vraiment important. La communication est primordiale et il faut en amont se décider sur l’idée du voyage, le parcours, le budget, la vision et surtout le type de roadtrip. Si tu pars avec des fêtards qui veulent visiter que les bars alors que toi tu veux voir du pays, ça peut très vite poser problème.

Il y aura toujours des moments où tu devras faire des concessions, mais il faut toujours garder en tête qu’un voyage comme celui-ci est unique, donc si ça ne va pas avec tes amis, SAUVE-TOI ! Surtout que l’Australie est une terre d’accueil pour tellement d’étrangers que tu trouveras toujours des personnes pour te suivre dans tes envies les plus folles… Et qui sait, parfois, ce sont ces connaissances qui transforme ton voyage en une grande aventure !

2 – Si tu es arachnophobe, suis une thérapie avant de partir.

En Australie les araignées sont velues, grosses, mortelles, noires, rapides et elles sont PARTOUT ! Voyons le côté positif, elles ne sont pas toutes tueuses, oui pas toutes, et les frayeurs dues aux araignées, cafards et autres insectes étranges sont souvent de bons souvenirs. #manvswild

3 – Se taper une grosse cuite à cause du goon

L’alcool est très cher en Australie, du coup les Australiens ont pensé à nous pauvres Backpackers et ont créé une sorte de « vin » bas de gamme qui te rend saoul rapidement et qui t’offre une très belle gueule de bois le lendemain matin. Crois-moi on s’habitue vite à son bon goût infecte fruité #goon4ever.

4 – Surfer au moins une fois

C’est une obligation, tu ne peux pas aller sur le territoire des surfeurs et ne pas te manger une bonne vague en pleine face. Et puis risquer ta vie dans une mer infestée de requins, ça n’a pas de prix.

5 – Avoir un van de compétition et une bonne playlist

Ton van deviendra pendant plusieurs jours/semaines/mois/années ta maison portative. Sa seule et unique pièce te servira de salle de bain, de chambre, de cuisine et de salon (adieu confort et intimité). Le choix de celui-ci est plus qu’important, puisque comme moi, je ne te souhaite pas qu’il tombe en panne en plein milieu de nulle part ! Bonjour l’Outback !  Il doit te permettre de parcourir des milliers de kilomètres sur les routes Australiennes qui sont longues, très longues voire interminables… D’où l’intérêt des nombreuses playlists puisque dans l’arrière-pays on ne capte absolument rien.

Ps : si tous les vans que tu croises te font des signes, ne panique pas c’est normal. Vu que tu roules parfois 2-3 heures sans voir une voiture, dès que tu en vois une t’es CONTENT, mais genre vraiment content !!

6 – Sortir à l’Ivy pool un jeudi soir (Sydney)

Je te l’avoue c’est pas le meilleur des clubs de Sydney pour écouter de la bonne musique, mais tu n’as pas le choix : tu es obligé d’y aller rien que pour le lieu, son décor, ses nombreux étages et sa faaaaaat piscine en rooftop. Pourquoi le jeudi ? Parce que c’est la soirée des Backpackers donc entrée gratuite. #nomoney

7 – Dormir sous les étoiles

C’est pas un mythe, quand tu sors des grandes villes et de sa pollution « Bonjour Paris » tu peux voir des étoiles et des constellations aussi.

8 – Ne pas s’encombrer avec des trucs inutiles

Ton backpack (sac à dos) tu vas te le taper pendant plusieurs semaines, tu vas le déballer et le remballer des dizaines de fois. Alors prends le strict nécessaire : une lampe torche, un couteau suisse et un décapsuleur. Les trucs qui servent vraiment quoi !

9 – Ne pas s’enfermer entre français

Des Français y en a partout, mais bon tu t’es pas tapé 20h d’avion pour parler qu’avec des compatriotes français ? Et puis tu penses à ton anglais ? Yes, yes I have a very good english now #BLAGUE

10 – Dormir dans un Backpack avec beaucoup trop de monde

Les dortoirs, c’est drôle ! Tu as les habitués, le mec qui sent mauvais, celui qui ronfle, celle qui bouge, celui qui ne peut pas s’empêcher d’ouvrir la fenêtre, celle qui parle la nuit et t’as ton super matelas ultra confortable  « Salut Kevin, moi je suis un matelas à ressort ».

11 – Vivre en colocation

Pour moi, vivre en colocation avec mes 14 « flatmates » a été l’expérience la plus enrichissante que j’ai vécu sur place. Vivre avec des étrangers permet d’améliorer ton anglais, découvrir la culture de chacun et apprendre des choses sur toi-même ! Ce n’est pas tous les jours facile d’être avec autant de monde et surtout que des inconnus mais ce n’est que fous-rires, fêtes et souvenirs.

Ah et bon courage pour le ménage, la propreté et l’hygiène.

12 – Vivre le quotidien des locaux

Bah oui, c’est convivial les barbecues du dimanche ! En plus de la culture du Barbecue les locaux sont vraiment très friendly, toujours prêts à faire la fête et accueillir des étrangers pour parler et échanger autour d’un bon verre de vin/bière !

13 – Voir le feu d’artifices de Sydney

Du fait des fuseaux horaires Sydney est la deuxième ville du monde à fêter le nouvel an, alors pour célébrer ça comme il faut, la ville organise tous les ans des feux d’artifices gigantesques (même plusieurs dans la même soirée). Cet événement est inoubliable de par l’attente, le monde qui afflue de partout et le feu en lui-même qui est exceptionnel !! Donc un petit conseil, essaye d’être à Sydney pendant les fêtes, c’est quelque chose à vivre. N’oublie pas d’aller sur les plages après le feu pour y faire la fête le reste de la nuit.

14 – Sortir de sa zone de confort

Partir à l’autre bout pour vivre une nouvelle expérience c’est déjà en soi un grand pas hors de sa zone de confort. Mais une fois sur place il est assez simple de se laisser aller dans un seul et même groupe d’amis. Mais l’idéal une fois sur place est de brusquer ses habitudes afin de faire de nouvelles découvertes qui étaient inconcevables pour toi quelques semaines plus tôt. C’est en te poussant que tu apprendras à te connaitre et à t’enrichir des cultures qui t’entourent.

Bon allez, maintenant t’es prêt pour aller faire pipi dans les bois en pleine nuit, nager avec des mammifères bien plus gros que toi, sauter en parachute et apprendre des mots en Japonais !

15 – Toujours relativiser et profiter de chaque instant

Baisser les bras dans un pays où l’on a aucune attache c’est simple surtout les premières semaines. L’adaptation prend toujours un minimum de temps, il faut donc s’accrocher le premier mois et une fois ce cap passé le plus dur est derrière toi ! Sur place il va certainement t’arriver des galères qui pourront parfois remettre en question ton voyage… Ne désespère pas et fonce, chaque problème a sa solution. Surtout que sur place il y a toujours énormément de Backpackers qui ont certainement eu des expériences similaires et pourront te conseiller.

Relativise quand tu te fais expulser de ta colloc’, quand ton van tombe en panne, que les papiers administratifs prennent trois plombes, car le reste de ton aventure va être génial… Profite de chaque instant à fond, pour ne pas avoir de regrets en rentrant et surtout profite pour moi !

Cheers mate’

11001910_1548676852049108_512744872093868307_n1

Comments

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *